Rousserolle turdoïde

Acrocephalus arundinaceus (Linnaeus, 1758)

Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Acrocephalidae Genre : Acrocephalus

  • 1 458
    observations

  • 21
    communes

  • 10
    observateurs

  • Première observation
    2001

  • Dernière observation
    2022
Bellanger Cyril - Collet Hélène - Delannoy Jean - Gaillard Stéphane - Joachim Fabrice - Jourdain Marius - Paix Lisa - Parise Claire - Tournebize Thierry - Villaumé Anne

Informations sur l'espèce

Longueur totale : 19 cm. Poids : 26 à 33 g.

Si vous vous promenez sur les bords des lacs ou à proximité d’un plan d’eau bordé d’une roselière, vous vous demanderez peut-être quel peut bien être cet oiseau qui émet ce chant puissant, audible à 1 kilomètre, fait de notes grinçantes et râpeuses entrecoupées de notes aiguës. La Rousserolle turdoïde se caractérise par sa grande taille et son aspect robuste, presque aussi grosse qu'une grive. Son plumage est brun uniforme dessus avec les sus-caudales rousses ; le dessous plus clair et la gorge blanchâtre. La tête porte souvent un sourcil crème, étroit, bien visible.

La grande taille, le bec long et épais, ainsi que le chant puissant de la Rousserolle turdoïde, sont les critères distinctifs qui évitent toute confusion avec la Rousserolle effarvatte et la Rousserolle verderolle. D'apparence identique, ces deux espèces sont nettement plus petites et produisent des chants moins puissants.

Ayant quitté ses quartiers d’hivernage africains début mars, elle arrive chez nous dès la mi-avril. C’est la femelle qui construit seule son nid, fait de tiges de roseaux, de feuilles et de toiles d’araignées, et qui couve les œufs. Le mâle quant à lui chante et en profite parfois pour séduire une 2° femelle, voire une 3° femelle. Les oeufs, au nombre de 3 à 6, éclosent au bout de 14 jours. Les oisillons, nourris par les 2 parents, quittent le nid à l’âge de 12 à 14 jours et sont indépendants 2 semaines plus tard. A noter que le nid, attaché à 5 ou 6 tiges de roseaux à environ 1 mètre de la surface du plan d’eau s’élève avec la croissance des plantes auxquelles il est fixé.

Grande consommatrice d’insectes et d’araignées, la Rousserolle turdoïde mange aussi des escargots et de petits vertébrés (larve de tritons, petites grenouilles, alevins…)

Dès le mois d’août, elle entreprend sa migration vers l’ouest et le sud de l’Afrique. Elle gagne très rapidement la zone tropicale où elle marque une pause, puis rejoint ses lieux d’hivernage en décembre.

Avec une population estimée entre 3.000 et 8.000 couples en France, c’est globalement une espèce peu commune qui a perdu la moitié de ses effectifs entre 1970 et 1990, principalement en raison de la destruction de son habitat.

D’après l'INPN via J. Comolet-Tirman et la LPO Champagne Ardenne via Gérard Rolin

Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Acrocephalus turdoides | Turdus arundinaceus Linnaeus, 1758

Audio (1)


Rousserolle turdoïde

Auteur: «Guide Sonore des oiseaux d'Europe et du Maghreb» (JC Roché et J Chevreau), (P) 2001 Céba - Frémeaux & Associés (cesionnaire) © 2015 Frémeaux & Associès
Description: Chants de mâles et cris.

Observations mensuelles